LA LETTRE MENSUELLE
La chronique de l'Université - Janvier 2001 .
Les collections artistiques de l'Université  de Liège
par Jean HOUSEN.

L
La constitution d'un patrimoine artistique à l'Université de Liège remonte aux premières années du XIXe siècle : lors de la fondation de l'institution en 1817, le roi Guillaume Ier des Pays-Bas offre, pour les besoins de l'enseignement, une collection de monnaies et médailles, destinées à illustrer l'enseignement de l'histoire nationale et de la philologie latine. C'est là l'embryon d'une collection.

Le véritable départ des Collections artistiques de l'Université de Liège se situe au début du XXe siècle. En 1903, l'Université entre en possession de l'héritage du baron Adrien Wittert. Né à Liège en 1823, le baron Wittert descend d'une famille hollandaise. Le goût de la collection était sans doute génétique chez Wittert : la bibliothèque de l'un des ses ancêtres, riche de plus de 2000 titres, fut dispersée à La Haye en 1749.

Adrien Wittert était collectionneur. A la façon des collectionneurs du XIXe siècle, riche, amateur, dilettante "éclairé", Adrien Wittert accumule des estampes, des livres, des tableaux... Il déménage à Bruxelles, acquiert une immeuble pour abriter sa collection, publie quelques fascicules, voyage, achète... et rassemble un fonds considérable d'oeuvres d'art. En 1894, il rédige son testament.

A la mort du baron Wittert, en 1903, l'Université de Liège hérite de sa collection: 20,000 volumes, dont 117 manuscrits, des incunables et des éditions rares, 25,000 estampes et dessins, 117 cuivres et une cinquantaine de tableaux des XVe et XVIe siècles.

Le legs du baron Wittert est considérable, et diversifié : des centaines de gravures des Maîtres allemands et flamands des XVe et XVIe siècles (140 gravures de Martin Schongauer, 100 gravures de Israël van Meckenem, 250 gravures d'Albrecht Dürer (dont l'Apocalypse), 100 gravures de Lucas Cranach l'Ancien, 20 gravures de Hans Burgkmair, 230 gravures de Hans Sebald Beham, 250 gravures de Heinrich Aldegrever....

A cela s'ajoute la presque totalité des eaux-fortes de Rembrandt (environ 200 estampes), des ensembles extrêmement représentatif de l'oeuvre gravé de Pieter Bruegel (les Navires de mer, gravés par Frans Huys, les Grands Paysages, les Proverbes), des centaines d'estampes sorties des presses de Jérôme Cock à Anvers, de Lafreri à Rome, des Sadeler à Venise et en Allemagne, ... dans le désordre, on peut citer Pieter van der Heyden, Brambilla, les Wierix, Andre Mantegna, Marcantonio Raimondi, Augusto Carraci, etc..

L'école française est également représentée, de Jean Duvet et Claude Mellan aux vignettistes du XVIIIe siècle, comme Jean-Michel Moreau, dont les Collections artistiques conservent plusieurs milliers de tirages.

L'école liégeoise est, enfin, très largement présente dans le patrimoine de l'Université de Liège. Liège, terre de marchands d'armes, possède une très ancienne tradition d'orfèvrerie et de gravures sur métal : Jean Valdor, Michel Natalis, Gérard de Lairesse ou Gilles Demarteau son présents, parfois de manière quasi exhaustive.

Le baron Adrien Witttert a laissé à l'Université de Liège un fonds considérable : près de 25000 estampes, où figurent les grands noms de l'image imprimée en Europe du XVe au XXe siècle, où figurent aussi, d'un point de vue strictement documentaire, des milliers de portraits de personnages, des vues et des plans de villes ou de villages, des images religieuses, etc... , des tableaux des XVe et XVIe siècles.

A ce fonds, L'Université a ajouté, grâce à une rente allouée par le légateur, puis sur ses fonds propres des milliers de pièces, visant à compléter l'ensemble déjà remarquable laissé par le baron Wittert.

La "rente Witter", indexée sur le prix des céréales, a été rachetée par l'Etat belge en 1938. C'était là une source de revenus, voulue par le donateur en vue d'assurer la pérennité de son legs, qui disparaissait.

Au fil des ans, d'autres legs sont venus s'ajouter à celui du baron Wittert : la collection de photographies et de maquettes de Gustave Ruhl-Hauzeur, des milliers d'ex-libris de la collection Rassenfosse, plus d'une centaine d'objets ethnographiques rassemblés dans la colonie du Congo belge par le professeur Firket, des milliers de dessins de l'artiste d'origine roumaine Idel Ianchelevici, sans oublier des centaines d'oeuvres léguées par de nombreux donateurs, dont beaucoup de professeurs, d'anciens étudiants ou d'amis de l'Université de Liège.

La conservation de ce patrimoine relève au départ de la compétence du bibliothécaire en chef de l'Université. A partir de 1943, un premier inventaire descriptif est entrepris. L'Université prête également des pièces à des expositions, et organise elle-même quelques manifestations.

Le Service des Collections artistiques acquiert son autonomie il y a trente ans : en 1968, le Conseil d'Administration de l'Université décide de séparer le secteur bibliothéconomie du secteur artistique. Le Service des Collections artistiques reçoit la mission de conservation et de mise en valeur du patrimoine artistique de l'Institution, essentiellement des estampes et des tableaux.

Depuis 1968, les directeurs du Service des Collections artistiques ont toujours été liés à la section d'histoire de l'art, archéologie et musicologie (Département des Sciences historiques) : le professeur Jacques Stiennon (1970-1985), M. André Marchal (1985-1989), le professeur Pierre Colman (1989), et le professeur Jean-Patrick Duchesne (depuis 1989).

Au niveau de la conservation et de l'inventaire, le travail est progressivement modernisé avec l'introduction de l'informatique. Un catalogue informatisé est mis sur pied : à partir de 1990, les estampes et dessins sont inventoriés dans une base de données. En 1998, les Collections artistiques adoptent un logiciel, que la Communauté française de Belgique met à la disposition de tous les musées qu'elle subventionne. A ce jour, l'inventaire informatique compte près de 20,000 notices, dont le quart sont illustrées d'une image numérique. Cet outil rend plus aisées les recherches et le tri et la consultation des documents, en évitant les manipulations physiques.

Ce travail de catalogage et d'établissement d'un inventaire scientifique des oeuvres va de pair avec une amélioration constante des conditions de conservation. Les pièces les plus précieuses bénéficient désormais de conditions de conservation sécurisées, des locaux sont aménagés qui garantissent le maintien de niveaux constants de température et d'humidité. Plusieurs pièces, enfin, sont confiées à des restaurateurs.

Depuis une dizaine d'années, les Collections ont bénéficié de plusieurs donations, dont deux remarquables portraits néo-classiques du baron Michel de Sélys-Longchamps et de son épouse Marie-Denise Gandolphe. Ces deux oeuvres, du peintre d'origine liégeoise Ansiaux, sont entrées dans le patrimoine des Collections, grâce à la générosité de M. Gérard de Sélys. La politique d'achat menée depuis une dizaine d'années vise à compléter le fonds, particulièrement au niveau des estampes d'artistes liégeois contemporains. Parmi les acquisitions récentes, on notera une édition de l'Album de l'Exposition Internationale de l'Eau (Liège, 1939).

Au niveau de l'exploitation scientifique et didactique, les Collections artistiques accueillent environ une cinquantaine de chercheurs chaque année. Plusieurs mémoires de licence ont été consacrés à l'un ou l'autre aspect du fonds et ont permis de mieux en cerner les richesses : la caricature française du XIXe siècle, les aquarelles wallonnes du XIXe siècle, le fonds d'archives légués par Idel Ianchelevici,...

Les Collections artistiques permettent aussi aux étudiants de la Section d'histoire de l'art de se familiariser au contact direct des oeuvres d'art, notamment dans le cadre des cours d'histoire de la gravure, d'histoire de l'art des Temps Modernes et de l'Epoque contemporaine., et des stages effectués dans le cadre du cours de muséologie.

En 1993, à l'occasion du 175e anniversaire de l'Université de Liège, un ouvrage de synthèse est publié : "Le Patrimoine artistique de l'Université de Liège" permet de faire l'état des lieux.

Au niveau de la promotion et de la diffusion des collections de l'Université, l'événement majeur depuis dix ans est sans conteste la création d'une galerie d'exposition. Baptisé "Galerie Wittert", cet espace est la concrétisation d'une attente ancienne. Ouverte en 1996, la Galerie Wittert accueille quatre ou cinq expositions annuelles : la plupart mettent en valeur l'un ou l'autre aspect du fonds (les tableaux des XVe et XVIe siècles du legs Wittert, les estampes de Bruegel, ...) En outre, depuis 1997, les Collections partagent avec le Musée en Plein Air du Sart-Tilman l'utilisation d'une salle d'exposition au sein du Centre Hospitalier Universitaire, dans le remarquable ensemble conçu par l'architecte Vandenhove.

Par ailleurs, les oeuvres d'art conservées à l'Université de Liège sont régulièrement prêtées à l'occasion d'exposition, en Belgique et à l'étranger; parmi les manifestations récentes, on épinglera l'exposition Carnivalesque, à Brighton, Nottingham et Edimbourg, dont l'une des pièces majeures est le diptyque satirique anonyme du legs Wittert

 Jean Housen        

Illustrations :

Albrecht Dürer, La Mélancolie, 1514, burin, 24 x 18,8 cm, legs Wittert, inv. 8329

Théodore de Bry, Autoportrait, vers 1597, burin, 30 x 19,9 cm, legs Wittert, inv. 6414

Mathieu- Antoine Xhrouet, Le Marché de Spa, début XVIIIe siècle, lavis, 9,4 x 14,2 cm, inv. 20535

Jean-Joseph Ansiaux, Portrait de Marie-Denise Gandolphe, début XIXe siècle, huile sur toile, inv. 12581

Léon Frédéricq, Les Terrasses sous la neige, fin XIXe siècle, aquarelle, 18,6 x 28,2 cm, don du Professeur Henri Frédéricq, inv. 21022

Emile Berchmans, Le Baiser, eau-forte à l'encre verte, 12,5 x 16 cm, inv. 26095.

Bibliographie :

DEWEZ L., Les peintures anciennes de la collection Wittert, Liège, 1949 (Bibliotheca Universitatis Leodiensis, n° 2).

DUCHESNE J.-P. (dir.), Le patrimoine artistique de l'Université de Liège, Liège, Editions du Perron, 1993.

JOANNES P., Deux tableaux de la collection Wittert étudiés en laboratoire, dans Art & Fact, n° 2, p. 84-90.

 

 

Cliquez sur les miniatures 
pour voir les oeuvres 
en plein écran

 

 

 

Theodore de Ry

 

 

 

 

 

Albrecht Dürer

 

 

 

 

 

Jean-Joseph Ansiaux

 

 

 

 

 

Mathieu-Antoine Xhrouet

 

 

 

 

 

Léon Fredericq

 

 

 

 

 

Emile Berchmans 

 

 

 

 

 

 

Pour contacter l'auteur :

 via Mémoires info@art-memoires.com

 

 

 

 

Lien vers la Collection Wittert.

Copyright © 2000 Memoires et M. Jean Housen. Tous droits réservés.

 

Les autres articles sont accessibles via nos archives
Retour à la lettre
       Retour à l'accueil

 

Hit-Parade