LA LETTRE MENSUELLE
La chronique de Stephane REY. Novembre 2000 .
2. ANNA BOCH, Une longue vie consacrée à l'art .

N
Née en 1848, elle était la fille aînée de Victor Boch, fondateur de la faïencerie Keramis à La Louvière. Qu’une importante exposition lui soit consacrée dans sa région natale ne peut que réjouir les amateurs d’art. Anna Boch, si on ne le savait déjà, est une grande artiste, sensible, engagée, toujours à l’affût de nouveauté que ce soit en matière de peinture, de décoration, de musique. Très jeune, elle se met à peindre faisant preuve d’une étonnante ténacité dans l’effort.

Son professeur Isidore Verheyden l’initie à une peinture libérée de tout académisme.

Ils travailleront ensemble pendant dix ans, autant en atelier qu’en plein air peignant paysages, vergers, natures mortes, portraits, révélateurs de la complicité liant les deux artistes. Pour preuve, le tableau d’Anna Boch représentant " Isidore Verheyden dans son atelier " ou la charmante composition de Verheyden montrant Anna peignant sur la plage.

Peu à peu, Anna Boch choisira la solitude et s’affirmera dans l’avant-garde du néo-impressionnisme. Au groupe des XX, fondé par son cousin Octave Maus, elle rencontre le jeune Théo van Rysselberghe, adepte farouche de la division de la couleur chère à Seurat.

Elle s’y adonne un temps puis abandonne la technique, à ses yeux trop systématique, pour passer à une touche plus libre, plus spontanée, plus vibrante, plus adaptée à sa sensibilité.

Ses sujets de prédilection sont les paysages et les fleurs, les jardins ensoleillés, les dunes et les côtes belges, bretonnes, hollandaises toutes imprégnées par la belle lumière impressionniste.

Plus de 70 tableaux animent les cimaises des salles temporaires du Musée de Mariemont.

Epinglons parmi ceux-ci, une  Femme dans un paysag " d’une infinie douceur. Une "Côte de Bretagne" aux ombres délicates. "Ida au jardin" ravissante petite aquarelle aux touches de couleurs appuyées. "Dunes au soleil" éclatantes de bleus violacés et...clin d’oeil aux origines louviéroises de l’artiste de petites peintures sur céramique d’un raffinement extrême.

Anna Boch côtoya artistes et peintres de grand renom. Elle fut aussi mécène et se constitua une exceptionnelle collection d’artistes contemporains dont Ensor, Gauguin, Signac. Elle fut, dit-on, la seule à acquérir une oeuvre de Van Gogh, du vivant de l’artiste.

Cette oeuvre, "La vigne rouge à Montmajour" vendue, en 1936, lors de la dispersion de la collection d’Anna Boch appartient aujourd'hui au Musée Pouchkine de Moscou.

Dans sa belle demeure ixelloise, décorée par Horta et Maurice Denis, la musicienne qu’elle était organisait des concerts privés dont Eugène Ysaïe fut une des " vedettes ".

Elle même jouait du piano, du violon, de l’orgue et c’est un des mérites de l’exposition d’avoir associé dans le paisible cadre de Mariemont, les oeuvres et les souvenirs de cette "grande dame des XX".

Ajoutons à cette initiative de qualité la parution d’un catalogue, abondamment illustré et édité par la Renaissance du Livre sous la signature de Cécile Dulière et Thérèse Thomas. Cette dernière, docteur en histoire de l’art et archéologie et conservateur honoraire du Musée de la Céramique et des archives de Villeroy et Boch à Mettlach en Sarre, suit l’artiste à la trace depuis de nombreuses années, lui a consacré plusieurs études et prépare actuellement un catalogue raisonné de son oeuvre.

Stephane Rey        

 

 

Cliquez 
sur la miniature

 

 lm3illrey2.JPG (27408 octets)

Anna Boch dans son atelier

Photo, coll. particulière

 

 

 

Musée de Mariemont. Jusqu’au 17 Décembre 2000.
Du mardi au vendredi de 14h à 17h. 
Le week end de 14h à 18h. Fermé le lundi.

Copyright © 2000 Mémoires et Stephane Rey.

 

Les autres articles sont accessibles via nos archives
Retour à la lettre
        Retour à l'accueil

Sur Anna Boch : article de Mme Gaetane Warzée  
et : Un tableau à la Galerie Moderne

 

 

Hit-Parade