**  N° 56 - Septembre 2005 **

LA LETTRE MENSUELLE

Parution du 04 09 05

Pour être informé de la parution de la lettre
 et de son contenu, et bénéficier des 
avantages offerts, inscrivez-vous :

Il vous suffit d'indiquer une adresse E-Mail valide 
sur le :
[Formulaire d'inscription]

 Chroniques d'expositions : 

   Colette Bertot  :  

Anne Jones au Musée Rops de Namur : nouvelle vie des ardoises, l'esprit de Rops  

Marc-J. Ghens  :   

Marc Kennes, "Inferno" : Dante réinterprété, à la Galerie De Zwarte Panter d'Anvers  
 Un musée prestigieux à nos portes :  
Le Musée L'Hermitage à Amsterdam, fruit d'une entente avec celui de Saint-Petersburgh, par Vera Lewijse  
 Un courant vénitien anima la lagune :  
Les veduti, vues de Venise au XVIIIe siècle : un nouveau souffle pour l'art de Venise, un renouveau pictural 
 Brèves et communiqués d'expos :  
* Michel Haillard, le fougueux designer, Miessen Gallery ; Roger Somville, Campo&Campo ; Galerie du Dragon  

* Living Colors chez Desimpel ; Corby, sculptures à Knokke ; 3 de Rive Gauche ; Cotes des Artistes belges 

* Design à la Grange du Faing ; Jim Sumkay, à découvrir absolument ; l'Ardenne flamande, Kunst en Zwalm 

* Et encore : Exposition Redouté à St-Hubert ; Cinq artistes, peintres et sculpteurs, à l'Athena de Gembloux 

 Le forum :  
Ce lien pour tous vos messages : annonces, demandes d'infos, discussions  

::
  Editorial                                                        Retour au sommaire 

5 ans : une pièce montée savoureuse mais fragile

Oui, le site fête son 5ème anniversaire en cette rentrée de septembre. 2005 aura été ainsi un grand cru : "175-25" pour les 175 ans de la Belgique et les 25 ans de l'Etat fédéral, et désormais les 5 ans du site. Nul doute que l'on s'en souviendra sous l'appellation de 175-25-5. Enfin, moi au moins !

Il est bien de célébrer les 175 ans de notre pays, finalement bien jeune. Les 25 ans de fédéralisme me laissent plus perplexe. Ils ont ce mérite de montrer au monde un aspect de notre "belgitude" : pendant que le monde bouillonne, guerroie, crie famine ou s'entretue, nous nous offrons le luxe de querelles de clochers, de compromis ou facilités linguistiques vite transformés en autant de tracasseries. 

Pendant ce temps, les citoyens regardent goguenards le destin du pays s'élaborer sans eux. C'est sans doute la marque, si pas d'un pays de cocagne (encore que...), celle d'une affirmation d'autonomie, d'individualisme, mais aussi d'une dose de fatalisme, de notre incapacité à peser ailleurs ; et de l'humour qui nous fait supporter cela. 

Et si, somme toute, l'irréductible village gaulois, c'était nous : indifférents aux turbulences extérieures, réfractaires au centralisme dirigiste, nous sommes satisfaits de cueillir le buis, de recevoir étoffes, poissons et épices.

Le site, revenons-y. Il vit aussi à travers pas mal de turbulences, mais sans y être totalement indifférent : c'est un juste reproche qu'il m'est parfois fait, de m'égarer dans des sujets hors du propos. Je ne le regrette pas. Un art qui s'installerait dans un tonneau de Diogène ou une tour d'ivoire serait encore de l'art. Mais il s'exclurait de la plasticité culturelle (1), de l'implication sociétale qui le nourrit et qu'il alimente. 

Il est de tradition de faire un bilan lors d'un anniversaire. Je ne suis pas friand de ce genre d'exercice, qui ressemble souvent à une pré-mise en bière. Mais il est utile pour mieux progresser.

Sur la forme d'abord : Victor Hugo disait que "la forme, c'est le fond qui remonte à la surface". Volontairement mais aussi par méconnaissance technique, le site est resté strictement "statique" en html quasi pur, alors que la tendance est à inclure de l'interactivité, et du mouvement par des vidéos notamment. 

Outre que ces choix impliquent une forte augmentation de la bande passante autorisée (et payante), je reste persuadé que l'avenir n'est pas à regarder un film sur un format "de poche", à l'heure des grands écrans plasma. J'ai appris à me méfier des gourous en ces matières, mais il se peut que je retarde une nouvelle fois.

Ceci nous mène naturellement au fond, au contenu. Il a toujours été un de mes soucis majeurs. Je pense, à lire vos réactions, avoir pris la bonne option. Les belles signatures (2) qui enrichissent le site en témoignent également... et il est probable que ce ne soit pas terminé. J'espère en dire plus bientôt.

J'ai toujours -comme les contributeurs- plus pratiqué l'impertinence que le ton volontairement "décalé". D'ailleurs, que signifie ce terme ? Décalé par rapport à quoi ? Au bon langage, à la courtoisie, à la réalité du marché, au respect de l'interlocuteur, de son travail, de ses efforts ? Cette attitude m'évite de courir après la provocation et les phénomènes de mode.

A plusieurs reprises, j'ai même émis des doutes sur certaines formes de la production contemporaine. Non que je sois opposé à l'expérience, qui est indispensable en art comme dans tout mode de connaissance. Mais pour décrire mes interrogations quant à la pérennité, voire à la volonté artistique de quelques tournures. 

Il doit arriver que je me trompe. Mais je me trouve conforté quand je lis dans Arts Antiques Auctions de ce mois, sous la plume éditoriale d'Els Vermeulen : 

(...) la peinture s'impose à nouveau comme le principal médium dans l'art contemporain, lit-on dans l'Antiques Trade Gazette. (...) et, au sujet des ventes d'art contemporain chez Sotheby's et Christie's en juin : Les catalogues de vente ne recelaient en revanche aucune oeuvre conceptuelle : rien que de puissantes peintures, ce que demandent les collectionneurs actuels d'art contemporain.

Pas question d'en tirer des conclusions définitives, évidemment. Mais de poursuivre dans la voie des 5 années précédentes, avec la circonspection du regard et le plaisir de la découverte. Tout en trouvant les moyens financiers et humains qui permettent de vous offrir un site toujours plus riche (3).

Cela étant (peut-être),
Une bonne visite.

Emmanuel Mons delle Roche    

(1) On relira avec intérêt l'article de Geroges Meurant, "L'Art résiste-t-il à la pression culturelle ?", sur le site. On voit que le débat est ouvert.

(2) J'ai été très sensible à la décision de Gisèle Ollinger-Zinque d'avoir choisi le site pour publier sa mise au point au sujet d'une fausse sanguine de Khnopff pour laquelle son nom avait été indûment utilisé.

(3) Ce mois est peu fourni en chroniques d'expositions. Dès le mois prochain, il sera remédié à cette relative carence.

P.S.: Je rappelle aux néophytes de l'Internet qu'il existe au moins deux moyens de lire les textes de manière économique : imprimer la page ou la rendre disponible hors connexion.
;;

 

 

 

 

Pour nous écrire :

info@art-memoires.com 

 

;;
  Le contenu                                  Retour au sommaire

Les mois de vacances, même s'ils n'ont guère été ensoleillés dans nos contrées, ont connu l'habituelle baisse de fréquentation des vacances. La fin août a connu déjà une reprise des visites. Sur le mois : 28.316 visiteurs ont vu 133.727 pages au cours de 31.767 visites. 

N'hésitez pas à utiliser les rubriques qui sont à votre disposition. Vous les connaissez :
- la Galerie virtuelle où les artistes proposent leurs oeuvres ;
- la Bourse des particuliers pour les ventes entre particuliers ;
- les Offres et demandes d'emplois ;
- l
e Courrier des lecteurs, pour la publication de messages
  avec images ou article ;  
- la page pour vous inscrire à la liste de diffusion 
- et la page sécurisée où vous pouvez vous abonner.
;;

 Au  04 09 2005, nous avons :

116

fiches d'artistes décédés, complètes

1139

fiches d'artistes décédés, partielles

331

expositions temporaires, y.c. archives

14

pages d'artistes actuels, affiliés 

6

galeries affiliées

17

salles de vente inscrites

17

musées inscrits

57

petites annonces

109

abonnés

3150

visiteurs inscrits à notre liste.

      | Recommandez ce site à un ami |

 

 

 

 

 

 

 

;;
Les articles du mois :                 Retour au sommaire 

Colette Bertot a toujours manifesté beaucoup de respect pour la nature, elle aime les artistes qui en utilisent les traces, les matières pour leur donner une nouvelle vie. C'est le cas d'Anne Jones qui confère à l'ardoise d'Ardenne un pouvoir d'évocation de Rops... au Musée Rops précisément.

Marc-J. Ghens raconte comment Marc Kennes revisite Dante et la Divine Comédie : dans la veine du grand Expressionnisme flamand. Un artiste de tempérament, sincère et qui livre ses tripes, donc son âme : à la Galerie De Zwarte Panter d'Anvers.

Vera Lewijse nous fait visiter le Musée de L'Hermitage à Amsterdam. Ce musée bénéficie de prêts de son grand frère de St-Petersburgh, c'est dire la qualité des oeuvres présentées. Elle met cette visite à profit pour nous brosser un intéressant panorama des veduti, ces vues de Venise qui connurent un succès immense au XVIIIe siècle, jamais démenti depuis.
;;

;;;

 

:

;

 

 

;;

.;;

Pour nous contacter :
lettre@art-memoires.com
 

 

  L'avenir                                                               Retour au sommaire 

* Le mois prochain, j'aurai le plaisir de vous présenter une nouvelle artiste sur le site : Mireille Dubois-Vanhove, dont les aquarelles vous plairont et vous parleront. L'Afrique, joies et tourments, couleur et mouvement.

* Une auteur est de retour, avec une chronique que vous aviez appréciée, même si elle n'a paru qu'une seule fois jusqu'à présent. Marie-Pierre Desmegers rédigera en effet une chronique mensuelle sur les ventes du mois précédent et l'actualité du marché de l'art.

* La majorité d'entre vous n'ont pas reçu le billet annonçant la lettre mensuelle de juillet. Il s'agit à nouveau d'un dysfonctionnement non identifié du logiciel de messagerie, ou du serveur. J'espère que cette fois, tout s'est bien passé. Par ailleurs, je n'ai pas terminé de retrouver les courriels perdus.

* Les abonnements, peu nombreux depuis le début de l'année, donnent du souffle, de l'oxygène au site. Voici la page du formulaire sécurisé pour l'abonnement : 
 https://www.secure-server.co.uk/forms/SS0487.cfm.

* Je rappelle comme chaque mois que le postage de messages sur le forum, s'ils incluent une adresse de site, implique que celle-ci soit entourée des balises [URL] et [/URL], avec le http://www.... 
Soit : [URL]http://www.monsite.com[/URL]
Après, il suffit de cliquer sur votre lien pour y accéder.

A très bientôt,
Et merci de votre fidélité.

E. Mons delle Roche.

[Retour à l'accueil]     [Inscription à notre liste de diffusion]      [Abonnements] 

Toutes les anciennes chroniques se trouvent dans :
* nos [
archives chronologiques
* nos [archives alphabétiques]
* nos [archives thématiques
                             | Recommandez ce site à un ami |

© Copyright 2005 Mémoires. Tous droits réservés.

 

Hit-Parade