**  N° 41 - Janvier 2004 **

LA LETTRE MENSUELLE

Parution du 04 01 04

Pour être informé de la parution de la lettre
 et de son contenu, et bénéficier des 
avantages offerts, inscrivez-vous :

Il vous suffit d'indiquer une adresse E-Mail valide sur le : [Formulaire d'inscription]

 Chroniques d'expositions :     

   Colette Bertot  :   

Réouverture du Musée Rops à Namur ; expo temporaire du Cabinet des curiosités  
; "De Laurent le Magnifique à Savonarole" : Botticelli, la grâce. Exposition à Paris  

Françoise Bernardi :  

 

Artistes créateurs de bijoux au Musée de l'Orfèvrerie de Seneffe : plaisir et désir  
Jeunes créateurs de B.D. : Galerie Usagexterne, parrainage de Juan D'Oultremont  
; Luighi d'affezione, mondialisme et nomadisme chez les artistes contemporains  

S. de Voirbeau :  

Inauguration de la fresque de Johan Muyle : "I Promise you('r) miracle", à Bruxelles 

E Mdr :  

Antoinette Tontcheva, générosité des formes, des couleurs et des émotions  
Recherche et réflexion :  
Les retables neogothiques des XIXe et XXe siècles en Belgique - Partie 2 : la sculpture. Par Christian Bodiaux 
Fernand Khnopff, l'art du portrait  :  
"Portrait de Marguerite Landuyt", une analyse du portrait chez Khnopff, de sa symbolique : par Christel Mahieu
 
Recherche et réflexion, II
L'amour de l'art : les acteurs, collectionneurs, marchands, critiques... aux 18e et 19e siècles. Par Vera Lewijse 
Les bronzes dorés russes :  
Rares dans nos pays, ils sont les témoins d'un luxe fastueux et d'un grand savoir-faire : par Vivian Miessen  
Marie Howet, appel à oeuvres :  
Le Musée gaumais de Virton organise en 2005 une rétrospective Marie Howet. Si vous possédez une oeuvre...
 
Des brèves d'expos, enchères :  
Guy Jaspar chez Espace B ; Belle palette au MAMAC ; Expo sur "la frontière" ; Enchères d'art tribal congolais 
Expositions Lille 2004 :  
Dominique Piteux nous suggère quelques expositions de Lille 2004 : Marc Devade, Flower Power en trois lieux 

 Le forum : 
 Ce lien pour tous vos messages  

  Editorial      Retour au sommaire 

L'artiste, bon sauvage 2004 ?   

L'année écoulée n'a pas brillé par les manifestations de la paix, de l'humanisme, de l'entente entre les peuples ou les individus. En ce sens, on la considérera comme une année "ordinaire", hélas.

Je ne vais pas vous établir un "best-of" de toutes les turpitudes et malheurs qui nous ont atteints à divers degrés. Il me faudrait plusieurs pages pour un catalogue guère reluisant ni enthousiasmant.

L'ambiance est à la montée de l'intolérance, à l'inflation des démonstrations de force, aux "rodomontades matamoresques" comme disait Ensor. La recette est proclamée de cette soupe du libéralisme accommodée d'un contradictoire piment liberticide : décidément très indigeste ! Nous dansons à ce nouvel air des lampions sans voir que le pas de danse devient le pas de l'oie.

Heureusement il y a l'art. Dieu merci, il y a la culture.

Sans la culture, point de paix, fi du dialogue, foutre de la tolérance. L'artiste devient l'incarnation du bon sauvage, l'art devient le vecteur de l'harmonie universelle.

Voire...

En forçant le trait, le marché de l'art devient la Cité idéale dont rêvait Platon. Il est ridicule évidemment de l'espérer : ce marché est une activité commerciale comme une autre, et même meilleure que d'autres par son objet. Mais il comporte comme toute activité ses requins et ses ânes. Les amalgames sont tout aussi excessifs que l'angélisme. 

La question n'est pas là : elle est de se demander si la culture est capable d'unir. J'ai de sérieux doutes.

Si la culture s'assimile à la connaissance, elle épanouit et renforce l'individu. Je donnais le mois dernier mon avis sur le pouvoir qu'elle confère. J'ajoutais qu'il n'y avait rien de honteux à la négocier. Mais objet de transaction ou pas, c'est dans sa transmission qu'elle apporte à l'autre : elle n'est que le substrat potentiel de la communication. 

Si la culture est la revendication de nos spécificités et de leur reconnaissance, elle distingue, donc elle sépare. J'avais évoqué en novembre 2001 ces notions d'identification, d'identité culturelles comme propices à l'intégration au sein d'un groupe, d'une école, d'une société, d'une nation, mais aussi comme inductives de rejet de ceux qui n'adhèrent pas aux codes et aux rites. 

L'appartenance culturelle est donc encore loin de signifier oecuménisme ou universalité. A force de s'intégrer, on exclut les autres. Mais il semble que la nature humaine, sa faiblesse physique notamment, impose une structuration sous forme "sociale" quelconque. Ce serait donc une particularité d'espèce -au moins sous ses formes aussi élaborées, car d'autres espèces animales ont elles aussi des codes qui leur sont vitaux.

Admettre l'autre, l'étranger est donc à la limite "contre-nature", menace l'équilibre structurel déjà fragile. Les extrémistes exploitent cette propension innée quand ils disent préférer leur fils à leur cousine, leur cousine à leur voisin etc... : ils agissent au niveau de nos instincts, de nos pulsions, de nos craintes de chimpanzés.

La solution en découle, peut-être pas "naturellement". Elle nécessite l'usage d'une faculté tout autant intrinsèquement humaine, sans doute pas la plus sollicitée : l'intelligence. Vaste programme manifestement, et qui peut nous emporter à l'assaut de pas mal de moulins. Il est toujours préférable à l'immobilisme.

L'art est une des formes de l'expression de l'intelligence, un mode de connaissance parmi d'autres. Sans donc prétendre qu'il est la panacée, il reste source de dialogue. Il faut évidemment le vouloir, et passer outre de certains apprentissages, de certains réflexes.

Cette attitude n'implique en aucune manière de renoncer à nos valeurs culturelles au profit d'une pseudo-culture universelle, de se résigner au nivellement, au triomphe de l'abominable pensée unique. Elle nécessite au contraire que, forts de nos fondements historiques, de nos attachements, nous admettions qu'il puisse en exister d'autres configurations, et ainsi évoluer. Le métissage enrichit, l'isolement asphyxie.

Les mélopées arabes, les opéras chinois me sont aussi insupportables aux oreilles que les éructations de quelque grand Jojo : je ne suis pas encore en mesure de les apprécier. Au moins en fais-je l'effort, ce qui m'autorise à le dire. A 16 ans, j'ânonnais à l'envi que l'art moderne était du gribouillage, parce qu'on le disait autour de moi ; depuis, je goûte à l'abstraction avec souvent une forme de plénitude. 

J'exerce encore mon droit à la naïveté -je suis certain qu'on ne touchera pas à celui-là- pour espérer qu'une lueur d'humanité émanera de la confrontation avec d'autres tournures artistiques, au moins de la volonté de s'escrimer à les comprendre.

Voilà mes voeux ! Ils ne sont pas lénitifs, j'espère qu'ils ne sont pas geignants. Ils sont pour moi une des rares sources d'espoir : un accès large à la connaissance et la volonté de confronter sereinement les idées. 

Autrement dit : je vous souhaite joie et bonheur pour 2004, parce qu'il y a des possibilités !

Cela étant (peut-être),
Une bonne visite.

Emmanuel Mons delle Roche    

P.S.: Je rappelle aux néophytes de l'Internet qu'il existe au moins deux moyens de lire les textes de manière économique : imprimer la page ou la rendre disponible hors connexion.
;;;;

 

 

 

 

 

 

Pour réagir 

SUR LE FORUM

ou
simplement nous écrire :

info@art-memoires.com 

  Le contenu     Retour au sommaire

Classique en décembre, une baisse de fréquentation de l'ordre de 15 %. Nous nous maintenons tout de même au-delà des 100.000 pages vues. 

Les petites annonces ont connu plusieurs mouvements, de même que le Courrier des lecteurs (réponses) : avec le souvenir d'une lectrice qui a bien connu Van Mierlo.

Ces rubriques sont à votre disposition comme d'habitude :
- la Galerie virtuelle où les artistes proposent leurs oeuvres ;
- la Bourse des particuliers pour les ventes entre particuliers ;
- les Offres et demandes d'emplois ;
- l
e Courrier des lecteurs, pour la publication de messages
  avec images ou article ;  
- et la page pour vous inscrire à la liste de diffusion
;;

 Au  04 01 2004, nous avons :

116

fiches d'artistes décédés, complètes

1073

fiches d'artistes décédés, partielles

252

expositions temporaires, y.c. archives

15

fiches d'artistes actuels, affiliés 

6

galeries affiliées

16

salles de vente inscrites

17

musées inscrits

53

petites annonces

74

abonnés

2645

visiteurs inscrits à notre liste.

      | Recommandez ce site à un ami |

 

 

 

 

 

 

 

 

Les articles du mois :  Retour au sommaire 

L'UCL : Second "volet" des retables neogothiques belges. Christian Bodiaux poursuitsa recherche des rescapés du XIXe siècle  : Les retables sculptés, cette fois, avec la description des récurrences de thèmes et de styles.  

Christel Mahieu nous propose bien à propos (une rétrospective Fernand Khnopff va débuter à Bruxelles) une passionnante analyse de l'art du portrait chez cet artiste. Le point de départ en est le Portait de Marguerite Landuyt, et des recherches personnelles nous ouvrent de bien intéressantes perspectives.

Vera Lewijse aborde l'art par la passion qu'il peut susciter (et qu'elle éprouve manifestement) : comment le 18e et le 19e siècle ont ouvert l'approche contemporaine de la vision artistique, les acteurs et les peintres injustement oubliés.

Colette Bertot admire la grâce qui se dégage de l'oeuvre de Sandro Botticelli dont une exposition parisienne restitue l'art et l'époque. Félicien Rops ne cesse de nous étonner : à l'occasion de la réouverture du musée de Namur, ses "marginalia" du Cabinet des curiosités sont autant d'enchantements. 

Françoise Bernardi  a découvert l'univers des peintres et sculpteurs transposé dans les bijoux : des merveilles de créativité et de délicatesse, au Musée de l'Orfèvrerie de Seneffe. Elle a apprécié la créativité de jeunes auteurs de BD chez Usagexterne, ou la narration revisitée sous le parrainage de Juan D'Oultremont. Toujours à Bruxelles, l' exposition "Luighi d'affezione", les lieux d'affection ou le "nomadisme" des artistes contemporains.

Simone de Voirbeau est ravie par la remarquable fresque qui orne désormais la Gare du Nord à Bruxelles : on la doit à Johan Muyle, et à la participation de plus de 4O artistes. De l'esthétique et du sens, et c'est visible en permanence !

Vivian Miessen propose l' étude historique et stylistique des bronzes dorés russes. Relativement rares en enchères publiques, ces pièces sont autant de témoins d'une époque illustre, et d'une création spécifique à l'empire des tsars.

 

;

;

:

;

 

.

Pour nous contacter :
lettre@art-memoires.com
 

 

  L'avenir            Retour au sommaire 

* "Nous étions au bord du gouffre, mais nous avons fait un grand pas en avant" : on prête cette phrase à je ne sais quel homme politique. Si non e vero... Certains projets sont en chantier, mais il se passe souvent du temps entre la conception et la réalisation pratique.

Je considère que c'est mieux ainsi, car l'agitation rend brouillon, la vitesse finit souvent contre un mur. Je vous avais parlé de certaines idées nées de contacts très intéressants. Cela progresse, mais nécessite mûre réflexion et rigueur technique.

Il est certain que 2004 verra le site s'enrichir de plusieurs manières. Au stade actuel, il m'est impossible de vous donner des dates précises.

* Les autorités compétentes, ou présumées telles, commencent à réagir fermement aux problèmes de sécurité et de spam. Il est grand temps de trouver les moyens de dissuader tous ces nuisibles, et de la faire d'une manière qui ne soit pas pénalisante pour ceux qui travaillent correctement en s'imposant une déontologie.

J'ai entendu que Microsoft offrait une forte récompense à celui qui dénonçait un pirate. Cette firme a souvent pillé les idées des autres (voyez Apple). La délation récompensée n'est à mon sens pas la meilleure voie pour nettoyer Internet de ses parasites. Mais j'ai sans doute un réflexe de "vieil européen".

* Je rappelle comme chaque mois que le postage de messages sur le forum, s'ils incluent une adresse de site, implique celle-ci soit entourée des balises [URL] et [/URL], avec le http://www.... Après, il suffit de cliquer sur votre lien pour y accéder.

A très bientôt,
Et merci de votre fidélité.

E. Mons delle Roche.

 

[Retour à l'accueil]     [Inscription à notre liste de diffusion]      [Abonnements] 

Toutes les anciennes chroniques se trouvent dans :
* nos [
archives chronologiques
* nos [archives alphabétiques]
* nos [archives thématiques
                             | Recommandez ce site à un ami |

© Copyright 2004 Mémoires. Tous droits réservés.

 

Hit-Parade